Tout le monde retient son souffle dans le Territoire de Belfort. Symbole majeur pour ces habitants, General Electric pourrait disparaitre de ce département marqué par cette industrie. “C’est une activité qui a 150 ans donc il y a des traditions extrêmement fortes de travail dans la construction mécanique, qui est souvent de la construction mécanique de très haute qualité”, souligne Nicolas Hatzfeld, chercheur spécialisé en histoire contemporaine.

Le verdict tant attendu sera annoncé lundi 21 octobre mais c’est la méfiance qui prédomine. General Electric n’a pas tenu les promesses annoncées au moment du rachat d’Alstom. “Connaissant un petit peu le monde de cette industrie-là, ils sentaient, ils savaient que General Electric ne reprenait pas pour des bonnes raisons, c’est-à-dire ne reprendrait pas pour relancer, redynamiser et qu’il y aurait autre chose qui se jouerait”, estime Nicolas Hatzfeld.



Source original de l’article